theiere_HaoFu_Zhang

Hao Fu Zhang : Théière chinoise
« Si l’on ne respecte pas l’essentiel de l’art que nous pratiquons, notre démarche échoue et devient inutile. Prenons l’exemple des théières chinoises dont la conception est un art séculaire. Il en existe de toutes tailles, de toutes formes, de toutes les matières et de toutes les couleurs. Pourtant, toutes sont soumises à trois conditions essentielles : elles doivent avoir un orifice qui accueille l’eau frémissante, un bec verseur et une anse. Et le bec verseur doit être plus haut que le niveau de l’eau qui sans cela déborde ! À partir de ces règles qui définissent l’art et l’utilisation de la théière, l’artiste peut déployer librement sa créativité. L’inventivité ne peut négliger la pratique, sinon une théière n’est plus une théière. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s