ARSONIC : des militaires aux musiciens

Histoire d’un lieu

 

bandelette_ARSONIC

 

ARSONIC © Isabelle Françaix

ARSONIC © Isabelle Françaix

Il y a presque deux siècles, en 1835, le Ministère de la Guerre décida de construire une caserne sur un site occupé par d’anciens bâtiments militaires des époques française et hollandaise. Le 3 octobre 1838, les travaux furent adjugés à l’entrepreneur Desfosses de Bruxelles sur des plans dressés par les architectes Sury et Vangierdegom.

Le 8 janvier 1841, la Batterie de l’Artillerie de siège de Mons s’installait dans deux bâtiments encore inachevés. Le 17 décembre de la même année, le Conseil communal de la Ville de Mons baptisa les lieux « Caserne Léopold », également dénommée « Caserne des Chasseurs à cheval » et « Caserne de cavalerie » par l’armée.

Le 8 octobre 1942, les premiers soldats du Deuxième Régiment à cheval prenaient en effet possession des locaux presque complètement restaurés et prolongés d’un rang d’écuries. On pouvait y loger 1000 hommes et 600 chevaux.

Carte postale d'archives

Carte postale d’archives

En 1850, les bâtiments militaires s’étalaient le long d’un vaste périmètre ayant façade sur les rues de Nimy, des Trois Boudins, des Arbalestriers et du Marché au Bétail où la Tour Valenciennoise se trouvait intégrée.

Leurs dépendances se sont accrues à la fin du XIXème siècle par l’acquisition d’un vaste immeuble avec jardins ayant appartenu à des religieuses le siècle précédent, et connu sous le nom « Enclos des Carmélites ».

Carte postale d'archives

Carte postale d’archives

Carte postale : caserne Léopold rue de Nimy

Carte postale : caserne Léopold rue de Nimy

L’architecte communal Charles François Sury (1814-1865) marqua durablement le paysage urbain montois. On lui doit également le Manège de cavalerie (1853), le Théâtre royal (1841-1854) et l’Abattoir communal (1850-1854), ainsi que le boulevard construit sur les anciennes fortifications détruites entre 1861 et 1865.

En 1896, les bâtiments la rue de Nimy furent cédés à la Ville de Mons : une partie de la caserne devint un Service de pompes funèbres avant de servir, en 1947, de Service d’incendie. Les pompiers ne quittèrent leur caserne qu’en 2003 pour s’installer dans le zoning de Cuesmes.

Ancienne caserne de pompiers

Ancienne caserne de pompiers

Ancienne caserne de pompiers

Ancienne caserne de pompiers

ARSONIC©Noël Godts

ARSONIC©Noël Godts

Le 6 décembre 2007, la Ville de Mons donne son accord de principe sur la cession par bail emphytéotique de l’ancienne caserne des pompiers de la rue de Nimy au profit de la Communauté française. En contrepartie, la Communauté française effectue les travaux de rénovation nécessaires à l’implantation du projet ARSONIC. C’est le bureau d’architectes Holoffe & Vermeersch qui remporte le concours !

Projet H&V

Projet et Philosophie H&V – CLIQUER pour agrandir le texte

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s